devenir un vélivole

           Planeurs de l’Est - Nancy

L'art d'une finesse, l'élégance d'une sensation, glisser, se laisser porter, chercher l'équilibre d'un invisible et savourer le plaisir d'une passion à l'air libre.

 


Très facile !

On peut apprendre et voler seul dés 14 ans et être breveté dés 16 ans.


Généralement, après la joie d’une découverte lors d’un baptême, on débarque au club et on prend des leçons de pilotage avec les instructeurs bénévoles (super sympas - d’ailleurs piloter à 2 permet de discuter de la pluie et du beau temps quand on ne s’occupe pas de gérer une autorotation ou un rattrapage de plan).


Il faut en moyenne 20 heures de double commande avant d’être «lâché» solo un soir d’air calme et de soleil couchant. Grand moment.


Mais le mieux est de réserver des stages d’une ou deux semaines en été pour bien assimiler les principes de base du vol : apprendre à conjuguer, à réaliser une belle PTL (prise de terrain en L), à gérer correctement la treuillée, à se repérer et assurer son «local», à élaborer des stratégies pour rester en l’air, à spiraler, etc, etc...).


Et puis après son lâché, il suffit de continuer à apprendre et surtout potasser son Manuel du pilote (300 pages passionnantes sur la transformation adiabatique ou les facteurs humains- à savoir sur le bout des doigts).

Reste alors une épreuve pratique (un vol avec instructeur) et vous voilà breveté. Le brevet est un diplôme et vous permet de voler dans un club en ayant une licence.


Ensuite, des stages en montagnes (le club en organise régulièrement) vous permettent d’apprendre le vol de pente et les ascendances fortes, une qualification «campagne» vous permettra de voler hors local du club. On peut apprendre aussi le remorqué, la voltige... bref, ce n’est jamais vraiment fini.


Chaque progression permet aussi d'essayer des planeurs différents, du K13 vénérable au Pégase (monoplace) en passant par le Duo Discus ou l’Astir. Chacun ayant ses sympathiques particularités ou ses défauts dont on parle au barbecue (il existe par exemple un planeur du rebond).


Enfin, derrière tout ceci existe des gens passionnés, instructeurs ou acteurs du club, qui feront des ces moments une aventure aussi personnelle que collective, et qui donnent à cette pratique le sens de la transmission généreuse d’un plaisir, celui de voler.